« Welt » David Bursztein

« Welt » – David Bursztein / Life is not a picnic.

Le monde perdu de la culture yiddish et des shtetls d’Europe de l’Est, ramené à la vie dans un récital qui célèbre l’irrépressible force créatrice du souvenir.

David Bursztein nous emmène en voyage. Il nous prend par la main et nous installe au coeur de la rue du Shtetl, où s’interpellent, en chants yiddish, ses dibbouks, fantômes d’un autre temps. la musique de son quintet fait la part belle à l’ancêtre du piano le cymbalum : utilisé par les musiciens ambulants d’europe orientale, c’est un piano avec cordes et marteau mais sans clavier.

David Bursztein partage avec le public son rapport au judaïsme. Sur un fond de pilpoul*, de discussion et de remise en cause incessante, c’est un véritable hymne à la nuance que nous propose Welt. On y sourit, on découvre, on se reconnaît, on s’attache à nos dibbouks** qui comme des esprits voyageurs, se sont déplacés de générations en générations pour s’inviter sur scène avec nous…

**Dibbouk : « terme de la Kabbale désignant l’esprit tourmenté des morts qui s’insinue dans le corps d’un vivant pour expier ses péchés ».

*Le Pilpoul est une méthode introduite vers 1500 en Pologne, qui consiste en une étude systématique du Talmud.

Daniel Bursztein et son orchestre sont motivés par le désir de rendre hommage à la culture yiddish, en ravivant la richesse de ses mots, de sa lucidité et de son humour.

_GBN6704
Google+
Vidéos
Photos
Biographie

Vidéos

Biographie

Acteur comédien  depuis plus de 30 ans, David Bursztein a joué dans quelques-unes des institutions théâtrales les plus respectés de France, comme La Comédie-Française, l’Odéon, le Théâtre de l’Europe, et le Théâtre national populaire (TNP). Il a également joué dans des lieux prestigieux tels que Le Festival d’Avignon, le Théâtre de la Ville à Paris, le Théâtre de La Coline, le Théâtre de Chaillot, la MC 93 de Bobigny… Il a par ailleurs joué dans des films aux côtés d’ acteurs français connus et respectés tels que Maria Casarès , Michel Piccoli , Vincent Cassel , Emmanuelle Béart , Kristine Scott Thomas, pour n’en nommer que quelques-uns.

En 1991, David Bursztein a été reconnu pour son rôle important dans le film La Belle Noiseuse de Jacques Rivette , qui a reçu la Palme d’or au Festival de Cannes .

En 1995 , dans le cadre de “C’est pas la vie” de Boris Vian mis en scène par Laurent Pelli , David a joué avec un orchestre recruté pour cette occasion. De cette rencontre  naitra l’orchestre “Life is not a picnic” qui enregistrera son premier album “A part çà ça va ! ”

Depuis cette époque la compagnie soiuis la direction de David BURSZTEIN, la compagnie Life is not a picnic a proposé de nombreuses créations (Lost, Melting Pot, Ocus Pocus, Balagan…) qui se sont produites en France et à l’ étranger)

Welt

D’après la Kabbale, un dibbouk est un esprit malin qui hante un individu au point de s’insinuer dans son corps et de ne plus s’en détacher. Le metteur en scène et comédien David Bursztein affirme qu’il a en lui un dibbouk, et même plusieurs. Mais ils sont fort heureusement des plus bienveillants : ce sont eux, portés par les vents amicaux du souvenir et de la transmission par les anciens, qui l’inspirent et l’accompagnent lorsqu’il interprète avec son quintet les chansons en yiddish de Welt.

Grâce à eux, David Bursztein fait bien plus que se réapproprier un répertoire d’un autre temps. Il ramène à la vie une culture et un monde perdus, celui des shtetls d’Europe de l’Est, avec leur galerie de personnages emblématiques, leur lot d’histoires et de destins, leur gamme infinie d’ombres et de lumières. Par son chant gouailleur littéralement habité, comme à travers les sonorités du cymbalum, du violon ou de l’orgue de barbarie, resurgissent des silhouettes, des visages et des voix engagés dans une danse aussi ludique qu’émouvante. La mémoire, ici, n’est plus tant un devoir qu’une force créatrice : un acte alchimique par lequel la nostalgie se transmue en célébration de joie, les fantômes du passé en figures incarnées, et le sentiment d’exil et de perte en véritable asile poétique.