Paris Combo

Avec cinq albums studio et deux décennies de concerts dans le monde entier, Paris Combo occupe une place singulière dans le paysage musical actuel. A la fois swing et éclectique (souvent qualifié « d’inclassable ») le groupe est à nouveau en tournée en France et à l’étranger avec leur nouvel album « 5 » qui est sorti aux USA chez DRG Records et en France chez Cristal Records/Sony le 24 février 2014.

5, c’est un titre simple. Après tout, c’est le cinquième album de Paris Combo. Mais le groupe est aussi resté cinq ans dans une longue pause sans disques ni concerts. Et ils sont toujours cinq : la chanteuse Belle du Berry, le pianiste et trompettiste David Lewis, le guitariste Potzi, le batteur François Jeannin et le nouveau contrebassiste, Emmanuel Chabbey.

paris_combo_-_album_cover_no_typo
Behance
Vidéos
Photos
Biographie

Vidéos

Biographie

Et, avec 5, ce sont de réjouissantes retrouvailles avec le swing singulier de Paris Combo, ses souvenirs de Django ou des tropiques fifties, son élégance intemporelle et son romantisme gouailleur. On réalise soudain que le temps a été long sans eux, mais qu’ils n’ont pas changé – pas plus que ne changent le printemps ou la douceur des bords de Marne. Car Paris Combo sait tout danser : la métaphysique et l’amourette, le fantasme et le voyage, le refrain qui gigote et le couplet qui médite. Affaire de malice, de virtuosité, de sincérité, de poésie… Ce groupe avait surgit de l’underground du Paris postmoderne des années 90, et revient inchangé et grandi à la fois, comme si les ans n’avaient nulle prise sur sa liberté, sa gourmandise et son inspiration.

En 2006, Paris Combo avait posé ses valises. « À l’époque, nous nous sommes arrêtés pour souffler, raconte David Lewis. Les uns et les autres ont fait des enfants, menés d’autres projets, laissé le temps passer… Au bout de cinq ans, nous nous sommes retrouvés. »

À cause de l’Amérique. Parce que, là-bas, Paris Combo est « very French » et qu’un producteur les voudrait pour une énorme soirée au Hollywood Bowl avec orchestre symphonique, au cours de laquelle seront célébrés la France et sa musique. Alors le groupe réalise que le temps a trop passé et se retrouve. « Musicalement, c’était très surprenant et très évident : nous avons repris le fil, note Belle du Berry. Mais, entretemps, nous avions eu besoin de retourner à nos sources et à nos parcours personnels après dix années ensemble. Il avait fallu souffler pour revenir au son de Paris Combo. » Et ces retrouvailles débouchent sur une évidence : aller jouer devant 18000 spectateurs ne suffit pas ; il faut de nouvelles chansons. Le nouveau répertoire naît de séances d’improvisation pendant lesquelles l’âme et le style de Paris Combo se retrouvent instinctivement. Pour la première fois, toutes les chansons d’un album sont composées collectivement. Puis Belle du Berry, icône des années 30 téléportée au XXIe siècle, écrit les douze textes – « peut-être un peu plus réfléchis, après cinq ans de maturation », remarque-t-elle.

Enregistré à Paris au studio Labomatic, chez Bénédicte Schmitt et Dominique Blanc-Francard, l’album devient aussi une aventure américaine, puisqu’il sort d’abord là-bas, au printemps 2013. « Aux États-Unis, Paris Combo est un groupe à la fois exotique et familier, remarque David. Notre musique incorpore beaucoup de jazz, le travail instrumental est parfois mis très en avant, et la voix cuivrée de Belle séduit les Américains, bien qu’elle ne chante qu’en français. » Et quel autre groupe français connait une telle carrière là-bas sans jamais incorporer une chanson en anglais à son répertoire ?

Sur l’élan de la tournée américaine, Paris Combo est aussi parti visiter l’Est de l’Europe avant de revenir aux scènes françaises. Après tout, courir la planète est dans sa nature : depuis son premier album, Paris Combo, en 1997, le groupe a chanté dans tous les grands festivals et enchaîné les salles prestigieuses (dont deux Olympia), chaque disque s’accompagnant de longues tournées (Living-room en 1999, disque d’or et nomination aux victoires de la musique, Attraction en 2001, Motifs en 2004). Et on retrouve dans 5 l’insolence du regard et le sens de l’ironie douce qui habitent Paris Combo depuis ses débuts. Ainsi, le premier single du nouvel album, Je te vois partout, est une chanson d’amour sous laquelle on peut lire une jolie mise en boîte de nos cultes contemporains. Car, une fois de plus, Paris Combo se déguise en groupe de world music hexagonale pour écouter battre le cœur du monde.

Site web : www.pariscombo.com
page

facebook : www.facebook.com/ParisCombo